Histoire du château d'Avauges St Romain de Popey

Un château nommé désir

Situé dans une commune de 1 800 habitants dans le département du Rhône, le château d’Avauges a été trouvé par JALIB quasiment par hasard : « J’avais une conversation dans un restaurant, nous cherchions un château. Et là on m’a dirigé vers le propriétaire d’Avauges. Je suis allé le rencontrer, le courant est passé tout de suite. » Le lieu a été laissé à l’abandon pendant des années et JALIB compte bien participer à la rénovation de ce patrimoine. « Pour les prochaines éditions du festival, il y a plusieurs milliers de mètres carrés de cave à exploiter sous le château », imagine déjà Anthony. 

Côté scénographie, le festival sera séparé entre deux mondes. L’un, diurne, sera installé contre la façade du château. Nommée Petra, cette grande scène de jour aura même « des brumisateurs pour arroser les gens s’il fait chaud ». L’espace sera dédié essentiellement aux prestations live et aux concerts. Chaque soir tombant, le festival débordera sous une canopée. Installée sous des arbres qui culminent à 50 mètres de hauteur, la scène Terra  sera mise en lumière pour à la fois « garder l’esprit naturel du lieu, et garder l’ambiance qu’on aime en club ».

Cette ambiance repose sur la jauge, limitée à 500 personnes. « C’est très important pour nous. C’est ce qui justifie le prix du billet : payer pour l’intimité. » Confidentiel, le festival le sera pendant les trois jours, puisqu’il n’y a pas de pass 1 jour. Un choix délibéré, « pour que le public vienne vivre ensemble tout le week-end ». Une communion entre les spectateurs, mais surtout entre les artistes et le public. Pour Anthony, il faut « que le public interagisse avec les artistes, qu’ils puissent ensemble avoir des échanges constructifs, sur la musique par exemple. » Et d’ajouter fermement : « Il faut en finir avec la "starification" de l’artiste. »

Il y aura tout de même quelques stars au sanctuaire d’Avauges, à l’image de la tête d’affiche du festival : Shanti Celeste, la perle groove venue de Bristol, mais surtout Ron Morelli, qui viendra spécialement brasser sa techno si particulière. « C’était assez logique pour nous, on a booké beaucoup d’artistes de L.I.E.S., son label. » En fin de compte, JALIB compte toujours sur son ancrage local pour attirer son public autant que pour assurer la programmation. « On tourne avec les même artistes le plus souvent, des locaux, c’est comme ça qu’on aime travailler. Comme Sentiments ou Judaah. » Les trois quarts des artistes présents au festival ont déjà joué sous les hospices de JALIB.

1 vote. Moyenne 1.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. Rousson 03/05/2019

BONJOUR
Je découvre votre site grâce à notre rencontre du Dimanche 28 avril.
C’est avec un grand plaisir que je lis votre feuille sur le château.
Mais vous devez faire une amélioration pour la lecture .Des lettres un peu plus grosses sur un fond de couleur appropriée. Et tout sera parfait.
Mais ce festival à lieu quand????
Cordialement
Yr

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 02/05/2019